GSY REVIEW | PC Jeudi 14 octobre 2021 | 01:05

GSY Review : Gloomhaven

GSY Review : Gloomhaven

Largement considéré comme l’un des meilleurs jeux de plateau au monde, Gloomhaven fait parti de
ces expériences sur lesquelles bien des joueurs se jetteraient les yeux fermés. Sauf qu’il est difficile
de fermer les yeux sur un prix de 150 euros et la nécessité de rassembler plusieurs personnes autour
d’une table pendant des dizaines d’heures. En sortant une version digitale à 25 euros, parfaitement
jouable en solo, Asmodee Digital recentre le débat sur la question essentielle : Gloomhaven est-il fait
pour vous ?

Gloomhaven reprend le principe du jeu de rôle tactique coopératif, version Dungeon Crawler. On y dirige une bande rassemblant jusqu’à 4 mercenaires (et éventuellement 4 joueurs), prête à s’aventurer dans des égouts, cryptes, épaves ou autres lieux de villégiatures enchanteurs, en quête de richesses. Le cycle est simple : choisir une mission, casser du monstre, revenir en ville dépenser l’or et l’expérience acquise, puis se trouver une nouvelle mission. Néanmoins, Isaac Childres – le concepteur du jeu – agrémente le concept de nombreuses idées visant à renforcer la rejouabilité.

Poste à pourvoir en CDD

D’abord, les missions s’inscrivent dans une longue campagne avec des embranchements scénaristiques ouvrant ou fermant des pans de l’histoire. Et la version digitale reprend exactement ce contenu (y ajoutant même un mode Mercenaire). Ensuite, lorsque vous sélectionnez l’une des 6 classes disponibles, vous devez aussi lui choisir un objectif parmi deux proposés, et une fois cet objectif complété, votre avatar quittera définitivement le groupe, emportant toute l’expérience, tout l’or et tous les équipements qu’il a amassé. En contrepartie, vous débloquez l’accès à une nouvelle classe (il y en a 17 en tout) et quelques bonus pour poursuivre l'aventure. Enfin parce que lorsque vous arpentez la ville de Gloomhaven ou que vous vous rendez en mission, vous êtes confronté à des événements aléatoires qui, selon vos choix, confèrent divers bonus ou malus. Tout cela pour dire qu’à défaut de rivaliser avec Dragon Age ou The Witcher en termes de mise en scène, Gloomhaven ne fait absolument pas l’impasse sur la narration ou la dimension Roleplay, et sait même se montrer novateur.

Une paire y passe

Cela ressort d'ailleurs beaucoup dans sa mécanique de combat au tour par tour qui emploie des cartes pour les déplacements et les attaques. Chaque classe possède une réserve de cartes uniques définissant sa façon de jouer, et en débloque de nouvelles en gagnant des niveaux. Mais vous ne pouvez emporter qu’un nombre limité de cartes en mission. À chaque tour de combat, vous devez en sélectionner 2 et c’est là que les choses se compliquent. Chaque carte se divise en 4 parties. En haut, vous avez une attaque par défaut et (généralement) une attaque spéciale. En bas, vous avez un déplacement par défaut et (généralement) un déplacement spécial. Si vous jouez la partie haute d’une carte, vous ne pourrez jouer que la partie basse de l’autre (et inversement). De plus, chaque carte possède une valeur d’initiative et celle que vous choisissez en premier détermine votre ordre de passage dans la résolution des actions. Vous me suivez toujours ? Parfait, abordons gaiement la partie sadique.

Ça sent le cramé !

La plupart des actions sont gratuites et envoie la carte utilisée dans la défausse, mais certaines actions puissantes consument la carte, la rendant inutilisable pour le reste du combat. Par ailleurs, lorsque votre avatar prend des coups, il peut les encaisser mais il peut aussi annuler de gros dégâts en… consumant une carte. Et lorsque votre main est vide, devinez ce qu'il faut faire pour récupérer les cartes de la défausse ? Oui, consumer une carte. Contrairement à la vaste majorité des jeux qui repose sur un accroissement constant de sa puissance, Gloomhaven est un véritable jeu d’attrition. Plus on avance, plus on faiblit car il faut à la fois lutter contre les adversaires et contre le temps qui passe. Comme si cela ne suffisait pas, le loot ne se récupère pas automatiquement et ne se partage pas, il faut le ramasser avec le bon personnage en allant sur la bonne case, ce que l'on a pas forcément le temps de faire. Même les équipements obtenus ne confèrent que des bonus temporaires car ils fonctionnent sur un principe de charges limitées.

De justesse ou d'injustice

Vous l’aurez compris, Gloomhaven, c'est du velu. Même son mode facile s’avère impitoyable et nécessite des décisions réfléchies, une analyse soigneuse des nombreux ennemis ainsi qu’une exploitation efficace de certaines combinaisons de cartes. Car la victoire est toujours là, à portée de main. Il faut juste se triturer les neurones, planifier, s'approprier les nouvelles cartes qui entrent régulièrement en jeu. Et ces affrontements remportés sur le fil du rasoir sont absolument jubilatoires… en général. Car ponctuellement, le jeu sombre du coté obscur du hasard.
C'est un échec critique sur une carte d'attaque puissante que vous avez consumé… pour rien. C'est une rencontre aléatoire en chemin vers une mission qui vous fait perdre 2 cartes, rendant un personnage inutilisable au bout de quelques tours. C'est l'un de ces défis, proposés en début de mission et crucial dans l'amélioration des personnages, qui s'avère infaisable dans CETTE mission. Ces petites pointes de frustration ne pèsent pas forcément lourd dans appréciation globale de l'expérience, mais on s'en passerai volontier.

C'est dans la boite

Coté technique, le résultat est convaincant avec des héros et des ennemis soigneusement modélisés dans la veine des figurines existantes, des animations correctes et un narrateur très à l'aise dans son rôle de Maître de Jeu. Cela dit, Gloomhaven ne cherche pas à s’émanciper de son statut de jeu de plateau et cela se sent dans les environnements répétitifs, dans les illustrations qui tournent en boucles, loin des jeux de rôles qui profitent du format digital pour restituer virtuellement des mondes d'une grande richesse. En réalité, outre son prix et son mode solo, l'avantage principale de cette version est de réaliser automatiquement une myriade de calculs statistiques sans devoir jongle avec des centaines de cartes et de jetons. Et c'est bien.

Verdict


Gloomhaven est une excellente adaptation du jeu de plateau éponyme, retranscrivant toute la profondeur et l'inventivité de l'expérience originale. Chaque classe débloquée ouvre de nouvelles perspectives, chaque ennemi introduit une nouvelle difficulté. Chaque quête réserve son lot de surprises. Il y a un plaisir addictif à surmonter des conditions extrêmement défavorables pour arracher de justesse la victoire. Et même si l'on aimerait que le hasard se fasse parfois plus discret, l'ajustement de la difficulté relève du travail d'orfèvre. Reste qu'en tant que jeu vidéo, Gloomhaven s'avère perfectible. L'absence d'un réel tutorial introduisant les nombreuses mécaniques rend le premier contact assez rugueux. Les environnements, les visuels et l'ambiance sonore manquent de variété. On se retrouve face à une expérience épurée dans sa forme, mais redoutablement efficace dans son fond.
  • Les plus
  • La narration soignée et les choix
  • Les mécaniques de gameplay originales
  • La diversité des classes et des ennemis à découvrir
  • Jouable en solo ou en multi
  • Tous les calculs fait automatiquement
  • Difficile mais très bien dosé
  • Un réalisation très correcte...
  • Les moins
  • ...Mais qui tient plus du jeu de plateau que du jeu vidéo
  • Quelques injustices dues au hasard.
  • L’absence d'un réel tuto expliquant les nombreuses subtilités.

Préparation
Combat

Tous les commentaires

Commentaire du 14/10/2021 à 14:12:25
Intéressant, merci pour le test !
Commentaire du 15/10/2021 à 01:09:30
Le jeu de plateau ne m'a pas convaincu. Trop de matériel qui prend trop de place, prix de dingue (140 balles !), direction artistique moyenne. Ce n'est "que" un tactical scénarisé à la composante roleplay réduite à sa portion congrue, vraiment beaucoup de bruit pour au final pas grand chose.
Commentaire du 15/10/2021 à 13:40:18
Autant je trouve la partie hors combat relativement classique (bien que les board game du genre fassent rarement l'effort d'avoir cette dimension), autant les mécaniques de combats sont quand même originales et vraiment bien pensées. Le coté sacrifice/attrition n'est pas commun (après, tu as peut-être l'expérience de jeux qui font ça).

Et, je ne sais pas si c'est pareil pour le jeu physique, mais le dosage de la difficulté m'impressionne beaucoup.
Sur des Board Game physiques que j'ai fait comme Conan, Batman, Les demeures de l'épouvante, je trouve l'équilibrage très inégal. Un coup c'est dur, voire injuste, un coup c'est une balade de santé. Là, toutes les missions étaient tendues mais faisable en se creusant la tête, et j'adore la satisfaction de ce genre de victoire à l'arrachée.

Quoi de neuf ?
  • XRacer
    XRacer [url] (il y a 5 Jours)
  • skiwi
    skiwi @bosozoku: on dirait Sarkozy jeune :D (il y a 6 Jours)
  • bosozoku
    bosozoku @skiwi: T'aime pas Bobby ?! [url] (il y a 1 Semaine)
  • GTB
    GTB @skiwi: C'est dans son contrat donc c'est certain oui. (il y a 1 Semaine)
  • skiwi
    skiwi @GTB: on parie combien que Bobby va partir avec un joli parachute doré ? (il y a 1 Semaine)
  • kinghonk
    kinghonk @Pumba: Il est DL egalement, je vais tester dès que j'ai un peu de temps. (il y a 1 Semaine)
  • CraCra
    CraCra @Pumba: Pas encore eu le temps de le commencer mais il me tarde (il y a 1 Semaine)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Retrouvez notre review de Rift Apart dès 16h00 aujourd'hui, mais en attendant Guilty Gear -Strive- est en vedette en home ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Le live commence d'ici 30 minutes, voici le lien GSY [url] et celui de Twitch [url] (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Nouveau live sur Returnal à 14h30 aujourd'hui. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Le stream via Twitch, ici : [url] (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Le stream maison ce sera ici : [url] (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 17h00 pour un direct de 40 minutes sur Returnal (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood L'annonce n'a pas l'air de passionner grand monde mais on rappelle que l'on sera en direct sur Hitman 3 à 21h00 pour 45 minutes de présentation du dernier volet de la trilogie. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer